Prix PHOTOEIL, les photographes lauréats 2016

Les lauréats 2016

Nous sommes heureux de vous annoncer les résultats du prix PHOTOEIL pour la photographie dans la 12ème édition des rencontres cinématographiques* de Cerbère/Portbou .

Les photographes lauréats sont programmés pendant la 12ème édition des rencontres cinématographiques de Cerbère/Portbou qui auront lieu, du jeudi 29 septembre au 2 octobre 2016 et le festival FotoLimo*.

Thème “ Passages ” (1)

Le premier prix PHOTOEIL a été remporté par Olga STEFATOUphotographe de nationalité Grecque, elle remporte le séjour dans la 12ème édition des rencontres cinématographiques de Cerbère/Portbou avec la série :

RELATIVE DATING

La datation relative est un terme utilisé en géologie pour déterminer le placement d’un trait, objet ou évènement dans le temps sans référence absolue à son âge. 

Ce travail, par une approche intime sur le village abandonné de Vlahata sur l’île de Cephalonia en Grèce, est une tentative de réveiller des souvenirs et de me libérer de valeurs dominées par la tradition.

L’exposition sera visible dans la salle de cinéma du Belvédère entre les séances de cinéma.

 

OLGA_STEFATOU

Copyright_OLGA_STEFATOU_Courtesy_Galerie_PHOTOEIL_2016

Olga Stefatou est un photographe et artiste visuel, né à Athènes, Grèce. Elle se concentre sur la quête de l’identité et de l’évolution humaine dans le contexte géopolitique. Olga a voyagé dans le monde entier et largement en Asie, la production de la photographie et de la vidéo sur les questions sociales et humanitaires. Elle est attirée par la puissance de la narration afin de refléter les luttes et les idées des gens.

http://olgastefatou.com/

Les séries photographiques des autres lauréats – Clara CHICHIN, Nathalie MAZÉAS, Jean-Louis LEIBOVITCH, Julie ALBAREL, Claire JOLIN seront projetées sur grand écran le jour du vernissage.

Clara CHICHIN

Titre : Sous les yeux que quelques minutes épuisent

Les paysages sont suspendus, les personnages isolés un pas en retrait de la scène où la photographie se déroule. Dans les images de Clara Chichin, vous croisez des daims, une chevelure rousse qui entre dans une forêt, la houle réduite à son écume, la lumière qui éclabousse le dormant d’une fenêtre, un oiseau chuter, des étreintes et des arbres immenses.

Mon travail cherche à s’incarner dans une expression de la disparition, ce qui surgit et disparaît en même temps. Il s’approche de la fiction par le travail de séquençage d’images, de rythme, de mise en écho et des choix de chromie. Habitée par l’idée d’une image en train de s’effacer, je cherche à mettre en avant l’incapacité de la photographie à fixer l’instant.

www.clarachichin.blogspot.com

http://hanslucas.com/cchichin/photo

Copyright_CLARA_CHICHIN__Courtesy_Galerie_PHOTOEIL

Copyright_CLARA_CHICHIN_Courtesy_Galerie_PHOTOEIL_2016

Nathalie MAZÉAS

Titre : NO MAN Etats-Unis 2015

J’erre, flâne, me perds dans les bas fonds nocturnes de San Francisco.

La colère que j’étouffe me rattrape de temps en temps. Je me raccroche aux gens que croisent et photographient.

La rue me donne toute la liberté d’appuyer, me calme, me rassure, me comprend.

Je ne sais plus si je suis dans la vraie vie, ou dans un film de David Cronenberg.

Tout se mélange et résonne en moi de manière inattendue. Je ne comprends pas encore ce qui ce joue à ce moment précis, mais je sens intimement que je suis dans un Passage, un passage décisif de ma vie.

Je pense aux Passages de Walter Benjamin, à la position du Flâneur.

nathalie_mazeas_no-man_0008

Copyright_NATHALIE_MAZÉAS_Courtesy_Galerie_PHOTOEIL_2016

Photographe autodidacte, le boitier ne quitte jamais mon sac.
Sans lui c’est comme si une partie de ma réalité, de mon imaginaire n’y était plus.
20 ans, je cours me coller au mur retenant de toutes mes forces la respiration de peur que la photo ne soit floue, j’invente mes premiers auto-portraits.
35 ans, trop à l’étroit dans mon métier de comédienne, je l’arrête pour ne plus faire que de la photographie.
Ce que je connais le mieux, les acteurs! mes portraits seront pour la presse ou pour le cinéma.
L’acte photographique me donne enfin la liberté d’être ce que je suis, la matière est là tangible.
C’est dans l’intime que je creuse, rien n’est prémédité, ce sont des morceaux d’histoires que j’attrape.
Tout est rangé, gardé, oublié, parfois même pas développé.
Ce travail personnel restera caché.
Electrochoc! un matin quand j’entend à la radio : « faire des photos ne sert à rien si on ne les montre pas »

www.photo-nathaliemazeas.com

Jean-Louis LEIBOVITCH

Titre : Aux exilés

Pour ce double hommage, j’ai choisi de mêler quelques éléments extraits des collections de Walter Benjamin à des fragments du mémorial de Dani Karavan qui se répondent, d’une composition photographique à l’autre.

Avant de recréer, à partir de ces bribes, des univers que je photographie dans mon atelier, je suis allé à Portbou – au Mémorial, au cimetière et sur le chemin « Walter Benjamin », pour m’imprégner de l’esprit distillé par ces lieux et pour en rapporter des éléments réels.

Copyright_Jean _Louis_Leibovitch__Courtesy_Galerie_PHOTOEIL

Copyright_JEAN-LOUIS_LEIBOVITCH_Courtesy_Galerie_PHOTOEIL_2016

Depuis mon studio, je suis comme un voyageur immobile, entouré de livres d’images, d’objets et de décors. J’imagine une histoire et je la mets en scène et en lumière. Par le réel de la photographie, j’installe des visions composites, je fabrique des univers. J’applique mon goût pour le « piqué » photographique, à un sujet qui est tout autant une matière qu’une part d’imaginaire.

http://jeanlouisleibovitch.com/

Julie ALBAREL

Titre : SARTO, PORTUGAL, LE BELVEDERE ET LE RAYON VERT

SARTO

Immergé dans un bistro Arlésien, les choses s’interfèrent, les histoires se croisent et la mienne se mêle à celle des autres.

PORTUGAL

Souvenirs d’un voyage, le prolonger et le faire renaître.

LE BELVEDERE ET LE RAYON VERT

Parmi le pli des vagues et les étoiles jaunes bleues, nous avons vogué dans un bateau de béton. La mer est entrée dans la chambre.

Je me souviens, nous avons pris l’eau, je me souviens du mal de mer.

Les souvenirs arrivent dans le désordre … ma mémoire me joue des tours. Il y avait un cinéma. Les choses semblent flotter, maintenant.

Copyright_JULIE_ALBAREL__Courtesy_Galerie_PHOTOEIL

Copyright_JULIE_ALBAREL__Courtesy_Galerie_PHOTOEIL.jpg
Mon travail s’articule en deux temps, celui de la prise de vue et celui de la manipulation des tirages papier.Je photographie pour ne rien perdre de ce que je vois, de manière obsessionnelle, je cherche à tout saisir, tout fixer, tout capturer. Je fabrique des images d’images où je scotche, colle et superpose les photos, les triture comme on cherche à se souvenir, comme on recompose une scène de toute pièce malgré l’oubli.

Claire JOLIN

Titre :  Nous étions anges

Créer des images pour affronter le monde

Enfant, je pensais que le monde n’existait pas, que je l’inventais au fur et à mesure. Dans la toute petite enfance, les pensées-images, réelles, imaginaires et rêvées, ne font qu’un. De cet âge, je garde un souvenir influent et contrasté, mêlé de danger, peur, vide, mais aussi de joie à l’état brut, d’énergie incommensurable…

Copyright_CLAIRE-JOLIN__Courtesy_Galerie_PHOTOEIL

Copyright_CLAIRE-JOLIN__Courtesy_Galerie_PHOTOEIL.jpg

Après une formation en arts plastiques, je me sers aujourd’hui de la photographie pour collecter la matière première dont j’ai besoin et construire des expériences sensorielles. Je renforce la tessiture et le contraste de mes images en interposant des objets devant l’objectif ou en rephotographiant mes photographies jusqu’à perdre l’essence même de ce medium. Je fais des images comme de la peinture, couche par couche… je me laisse le temps. Ce que je donne à voir, ce que l’on ressent, vient du dessous.

www.clairejolin.com

Partenaires : Les Rencontres Cinématographiques de Cerbère/Portbou, NegPos, Lumière d’Encre, Galerie PhotOeil, Hôtel La Vigie

Avec le concours de la Préfecture de région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Direction régionale des Affaires Culturelles. Le Conseil Général des Pyrénées Orientales et, la participation des communes de Cerbère et Portbou.

*Le programme complet à télécharger sur le site des Rencontres Cinématographiques de Cerbère.

*La programmation du festival FotoLimo du 27 septembre au 2 octobre 2016

Le festival « FotoLimo » de Cerbère/Portbou est dédié aux oeuvres photographiques, filmiques et autres objets qui questionnent les thématiques des passages et des frontières

FOTOLIMO est représenté par trois associations dédiées à la photographie,

NEGPOS, LUMIÈRE D’ENCRE et galerie PHOTOEIL


(1 )En référence à l’oeuvre de Dani Karavan à Portbou, en Espagne en hommage à Walter Benjamin.

Une pensée sur « Prix PHOTOEIL, les photographes lauréats 2016 »

Les commentaires sont fermés.