Des clics et des classes :

simplebooklet.com

via Des clics et des classes : simplebooklet.com.

La vie coexiste entre le réel et l’imaginaire.

Le photographe-reporter se doit de respecter les codes de déontologie liés à son activité et son témoignage prétendra fournir des images en conformité avec la réalité des scènes qui se dérouleront sous ses yeux – en principe, il devrait reproduire la vérité des instants photographiés, un débat infini…

Le plasticien par métaphore utilisera le même outil “ l’appareil photo ”, il effectuera les mêmes gestes mais il semblerait que sa marge de manoeuvre soit plus large, il se permettra de fabriquer une histoire réelle ou fictionnelle avec des “ mises en scène” et pensera être plus libre.

La question essentielle que je me suis posé est : quand  se construit véritablement la “ mise en scène ” au delà même de sa représentation initiale ? À quel moment ? Quelles sont les interactions entre les lieux, les objets, les autres et le moi ? J’ai ressenti cela très fortement quand les élèves étaient alignés au fond du gymnase avec des nouvelles à leurs mains. J’étais très concentré sur l’instant présent mais mon cortex visuel traitait les informations en une multitude de révélations pour m’orienter vers la représentation d’une fresque, d’un bas relief et j’ai donc volontairement déréaliser cette composition. Leurs postures me renvoyaient à des temps bien plus anciens, à des cultures liées à la mer Méditerranée, Mésopotamie, Égypte, Grecque et Romaine – à l’évidence, pas très éloignées de leurs propres histoires et de leur position dans l’espace géographique.

Cette chimie c’est créée grâce aux élèves, à Dominique Monier l’enseignante et au thème “ Mises en scène ” du dispositif national des “ Clics et des classes ”.